samedi 30 août 2014

Esprit Philosophie


Frédéric Truskolaski a encore frappé !

Vous vous souvenez de lui, le gars qui sort des magazines de son chapeau… Cette fois, il essaie de nous faire croire qu’il a payé des gens pour réfléchir et nous repropose son « bimestriel » Esprit Philosophie.

Si vous en avez acquis un numéro alors que vous cherchiez votre Philosophie Magazine, je comprends votre déception.

Pourtant, vous auriez dû vous méfier…


- LA COUVERTURE, une unique image de type « vue d’artiste », à savoir une femme-pantin désarticulée, côtoie les titres suivants : Pourquoi avons-nous besoin de plaire ? La peur de l’autre, un nouveau lien social ? Le désir de justice peut-il légitimer la désobéissance ? L’insouciance est-elle un défaut ? Vous les trouvez indéfinissablement étranges.

Vous ouvrez le magazine.

- L’EDITO : stupeur. Le style est vacillant, le discours perturbant, et il n’est pas signé.
« Un an que vous lisez, pendant vos trajets du matin, sur le quai en attendant votre train ou chez vous quand vous êtes enfin seuls, un magazine philosophique, mais pas trop. Un magazine qui parle de sujets sérieux mais pas barbants. Un magazine qui traite de sujets philosophiques, mais compréhensibles. Un magazine comme vous, en fait. Et comme nous. Nous ne sommes ni des rats de bibliothèque, ni des philosophes prêchant la bonne parole. Nous vivons seulement dans une société qui nous amène à nous poser de nombreuses questions. Qui nous amène à nous révolter, à nous indigner, ou même à nous moquer parfois. »
Il faut comprendre que nous pouvons « nous poser des questions et, parfois même tenter d’y répondre pour enfin comprendre ». Pour conclure, « la philo ce n’est que de la philo. Pensez-y… mais pas trop ! » Je ne sais pas vous, mais moi je suis LOL.

- Suit le SOMMAIRE : vous remarquez sans y prêter plus d’attention que toutes les pages sont paires. D’autres sujets du bac : l’infidélité, les préjugés, Michel Foucault et Alphonse de Lamartine.

- Enfin, l’OURS, les mentions légales d’écriture et d’éditions. Il suffit de lire le nombre de personnes qui y figurent… une seule, sieur Frédéric Truskolaski. Commission paritaire toujours en cours !

Vous tournez à présent les pages. D’autres détails vous alertent :

- le nombre de fautes d’ORTHOGRAPHE, inversement proportionnel au NOMBRE DE « JOURNALISTES » ayant rédigé les articles. Ces dernières, il n’y aurait que des femmes, sont au nombre de 5 (cinq) : Eugénie Baylac (13 articles), Marion Reynaud (7 articles), Amandine Ademka (6 articles), Pauline Gaucher (4) et Mathilde Péré (2). Je comprends que la commission paritaire soit en cours.

- Je ne m’étendrai pas sur le CONTENU, qui lui, s’étend, s’étend… bien calibré à la double-page. Il n’y a plus aucun doute : vous êtes face à un amoncellement de copies vaguement corrigées du bac, à la sauce « presse people ».

- Après quelques minutes où vous êtes de plus en plus irritée, rapport au prix que ça vous a coûté, vous constatez que vous n’avez pas vu la moindre PUBLICITÉ.

Vous venez de vous faire pigeonner, et plusieurs personnes avec vous en même temps.

Pour savoir comment Frédéric Truskolaski fait et refait inlassablement ce petit tour de magie, c’est par ici…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...