Articles

Affichage des articles du janvier, 2013

Le Rêve

Image
Elle ouvre les yeux.
Elle remarque tout de suite que le plafond est d’un rose sucré délicat alors que d’habitude il est tout simplement blanc. Elle écarquille les yeux pour faire le point, mais rien n’y fait : le plafond est vraiment d’aspect cotonneux.
Elle tourne le regard sur sa droite, sur sa gauche. Elle n’est pas du tout dans sa chambre. Pourtant, elle reste très calme. Les lieux n’ont rien d’inquiétants ; il n’y a rien.
À l’instant où elle pense cela, une petite porte apparaît, là-bas, à une juste distance. Une petite porte d’un boisaux reflets de chêne dorés, tendres. Une jolie petite porte. Elle s’approche – était-elle couchée pour être à présent debout ?

Méga-creampie-cumshots tonight !!

(On voulait un titre catchy !)*


La petite culotte.
J’ai tendu mon cul.
Il a commencé à me toucher.
Mon côté préféré, en chien, pour ouvrir mes jambes.
Il me tripote, il me doigte, il me lèche.
J’m’ennuie presque, vite !

Conciliant(e)

Entre Conciliabule et Conclave

CONCILIANT(E)
(kon-si-li-an, kon-si-li-ant’)
Adj. Qui est prêt à faire des concessions pour maintenir une bonne entente.
Synonymes : accommodant, accordant, apaisant, arrangeant, beau joueur, bienveillant, bonhomme, commode, complaisant, compromis, conciliateur, coulant, de bonne composition, diplomate, doux, facile, indulgent, pacificateur, souple, traitable, vivable.
Dictionnaire analogique : qui veut quelque chose, agréable, qui aide par un avantage, qui est enclin à permettre, à autoriser, qui n’interdit pas de, dimissorial, élastique, allier, mettre d’accord, qui veut du bien à autrui, concilier.
Dérivés : concile, conciliabilité, conciliable, conciliabule, conciliaire, conciliairement, conciliateur/trice, conciliation, conciliatoire, concilié/e, concilier.
Antonymes : absolu, austère, autoritaire, bagarreur, belliqueux, blessant, borné, boutefeu, buté, catégorique, chicaneur, coupant, despotique, difficile, dur, entier, exigeant, impitoyable, inflexible, …

Salon de l'érotisme

Image
Le Salon de l’Érotisme s’installe toujours chez nous au cœur de l’hiver. On sait qu’on y est quand on croise des greluches en short avec des chaussures à plate-forme aux bras de leurs playboys de mecs, tous habillé en noir ou blanc-mac.

Souffrir

Image
J’écoutais ça, tantôt, et là j’ai compris une chose très importante (que ça fait juste des mois que tout le monde me le dit).
C’est pour ça que j’écoute de la musique, d’ailleurs, pour avoir un truc (mais pas quelqu’un d’autre) qui pense à ma place. Des fois ça tourne furieusement sur la platine. Chuis zune fiiiiiiilllle. J’aime me bousculer. J’aime me faire souffrance, j’aime l’angoisse du beau et l’étreignant de la détresse. J’arrête pas de mourir, finalement, je kiffe cette agonie, que je sais pertinemment pouvoir être pire que ce qu’elle est, oh ! Ma vie pourrait être douce si j’admettais une bonne fois pour toute que j’aime me faire mal. J’aime que ce soit furieux, que ce soit fort, que mon corps palpite, que mon cœur hurle ! Pourquoi ? Mais parce que, bordel, ce que j’aime me faire du bien !!!

Elle - Gustave Adolph Mossa

Image

Avec mes bons voeux

Image
Quand Ed pense à mon réveillon du nouvel an, il écrit ça.
Dans la vie, y a deux types de femmes : celles qu’on aime, qu’on baise et qu’on épouse, et celles qu’on fesse. Et pour mettre toutes les chances de votre côté, sachez qu’avoir une cuisine bien rangée permet de ne pas mélanger les torchons et les serviettes.

Sur mon 31

Image
Rencontre, donc, entre N., l’homme de sa vie, et nous. Cela peut laisser croire à une soirée échangiste, je sais, mais ça n’était pas tout à fait le cas. Ça en avait les intentions, mais guère les moyens : sur quatre, nous étions deux pratiquants. C’était donc… une soirée de rencontre, d’initiation, d’intronisation ? Un début de quelque chose.
Chose déjà vécue quelques semaines plus tôt, et dont je ne vous ai pas parlé pour la même raison qui fait qu’aujourd’hui, là, sur le clavier, c’est dur.
Parce que ça ne ressemblait en rien aux échanges que nous avions pu faire les années passées.
Parce que les émotions étaient déjà fortes entre certains participants, proches de peu pour les autres.
Parce que, en ce moment, je ne suis pas vraiment assez costaud pour supporter ce que je désire.
Et surtout, surtout, parce que j’attends de mes partenaires masculins ce qu’il a fallu, à un moment ou un autre, donner moi-même.
Notez, tout ça, je le savais avant. Je savais que ce serait un exercice de style e…