jeudi 23 janvier 2014

Où sont les parents ?





… une réflexion que nous proposent les Inrocks2, ce mois-ci, dédié à l’univers de Hayao Miyasaki (qui fait mine de prendre sa retraite). Jetez un œil aux dessins animés que regardent vos enfants, à la télé : où sont les parents ? ce qui revient à dire : Où sont les adultes ? De l’univers de Miyasaki, en effet, ils sont absents. Il nous parle d’un monde en crise, rongé par les haines et les désespoirs… des adultes. Pour Miyasaki, les parents sont avant tout ceux qui pourrissent les enfants. C’est vrai pour beaucoup de contes, d’histoires, de séries pour enfants. Il vaudrait mieux ne pas en avoir, de parents, nous disent-ils. A moi pourtant, mon expérience m’a laissé l’impression que ne pas avoir de parents, c’est un peu être un fantôme, un être lacunaire. Les orphelins que j’ai connus étaient des gens souffrants de cet état de fait, ceux qui n’en souffraient pas avaient entrepris un grand chemin pour y arriver. Je parle d’orphelins, mais il y a des vivants qui savent être absents aussi. Il suffit de peu, à vrai dire. Un peu d’attention, d’observation, de franchise (ce que les adultes donnent le moins facilement aux enfants). Une présence, une rassurance, une écoute, des réponses…

Chihiro retournera à sa vie normale, dans sa famille qui la gâte trop. Mais elle a un peu plus grandi, maintenant. Elle sait combien la vie va être exigeante.

Mamie Sophie s’occupera du petit magicien, Auru fera le grand frère et puis la reine fera la vieille, qui fumerait près de l’âtre.

Le père de famille qui s’est installé dans le voisinage de Totoro voit à son tour les êtres fantastiques que ses filles ont débusqués.

La Famille reste le Grand Ordre. Bien sûr, au-delà de la Famille, il y a tout le reste, ce serait trop con de ne pas aller voir. Mais il ne faut pas jamais perdre ses appuis.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...