lundi 31 mars 2014

Conseils aux Femmes...


C’est sur le blog de Jeconnaisunvioleur que j’ai eu vent d’une petite manœuvre discrète qu’a tenté le gouvernement, en octobre 2013, sur son site internet. Une histoire d’autocensure : sur le site du gouvernement français se tenait une page, qui a été remplacée par une autre, un peu plus utile... Il s’agissait… de donner des conseils aux femmes pour qu’elles arrêtent de se faire si bêtement violer et agresser. Du coup, cette page n’est plus visible, « Conseils aux femmes » devient donc « Lutte contre la violence faite aux femmes ».

Toutefois, j’ai été réactive : j’ai fouiné dans le cache et j’ai retrouvé l’objet du délit. Si vous n’avez pas vomi aujourd’hui, on va régler ce problème.

Note à benner : ce visuel est celui d’une campagne de pub de Reporters sans Frontière… Cherchez l’erreur… ça pourrait suffire à faire un post, mais je préfère laisser les Chiennes de Garde exprimer ma colère… j’peux pas tout faire !



Conseils aux femmes 
9 août 2012

En raison de leur sexe et de leur morphologie, les femmes sont parfois les victimes d'infractions particulières.

Avouez que ça commence mal. C’est à cause de leur morphologie et de leur sexe (au sens propre, la chatte ?), que les femmes ont des soucis. Pas du tout à cause de la bite ou de la connerie masculine. Ou que le viol est un crime largement impuni ce qui laisse le champ libre à ceux que ça gratte trop. Ni que les notions d’intimité, de vie privée qu’on évite de déballer et d’image de l’autre qu’il faut préserver ouvrent la voie au silence, à la honte. Noooon. Rien de tout ça. Tes seins, ta chatte.

Notez la date : 2012. Pas 1515 ou 52 avant JC ; 2012. Autrement dit : hier.


Lorsque vous êtes chez vous  
Assurez-vous que toutes les issues sont soigneusement fermées. Equipez votre porte d'un entrebâilleur et d'un judas, et utilisez-les.Ne laissez pas apparaître sur votre boîte à lettres, votre porte ou la liste des occupants de l'immeuble votre condition de femme seule. Evitez d'indiquer : Mademoiselle, Madame, Veuve ou votre prénom.

Ok. Je m’enferme donc. Et il ne faut même pas que je laisse savoir qu’il y a une femme chez moi, à savoir moi. Surtout si je suis seule. Notez qu’indiquer « madame » (donc potentiellement mariée), ne suffira pas. Je vais mettre Monsieur alors. Ou alors Madame ET monsieur, des fois que je tienne absolument à faire savoir au facteur que j’existe. Et puis ça précisera qu'un homme est là pour me défendre...


Lorsque vous sortez 
Évitez les lieux déserts, les voies mal éclairées, les endroits sombres où un éventuel agresseur peut se dissimuler. Dans la rue, si vous êtes isolée, marchez toujours d'un pas énergique et assuré. Ne donnez pas l'impression d'avoir peur.Si le conducteur ou les passagers d'un véhicule vous demandent un renseignement, ne vous portez pas à la hauteur du véhicule, exigez que la personne vous rejoigne à l'endroit où vous trouvez (trottoir).Votre sac à main est la cible des voleurs. Tenez-le plaqué contre vous et jamais pendant sur votre épaule. Marchez toujours en sens inverse de la circulation routière. Vous limiterez ainsi les risques de vols sur le trottoir effectués par le conducteur ou le passager d'un deux-roues.En voiture, verrouillez les portes.Dans les parkings, évitez les coins sombres.

Il s’agit de reconnaître très clairement que la rue, passé une certaine heure, appartient aux hommes. Eviter les ruelles sombres : c’est ignorer ignoblement que la plupart des viols n’ont pas lieu dans les ruelles sombres, mais chez soi ou dans un lieu connu, après qu’on a ouvert à une personne en qui nous avions confiance. Ce qui ruine l’intérêt de ne pas faire savoir qu’il y a une femme dans cet appartement comme conseillé plus haut, d’ailleurs.

En revanche, vous voler votre sac à main et/ou vous mettre une trempe risque fort bien de se passer dans une ruelle sombre.

Homme : as-tu déjà connu la peur en marchant dans la rue la nuit ? Est-ce normal, dans notre beau pays libre ?

Je pense que le mieux, ce sera de ne pas du tout sortir. On ne sait jamais. Ou alors, avec la peur au ventre et mille précautions. Et si j’ai eu la bêtise de garer ma voiture dans un coin qui est devenu sombre avec le soleil qui a tourné comme un con, ben, je rentre à pied. Pas par des ruelles sombres. Putain, c’est compliqué si je vis pas sur une avenue bien éclairée !
Sans compter que… si on demande aux femmes de rester chez elles le soir, n’est-ce pas rendre la rue complètement masculine et mettre sérieusement en danger la pauvre qui n’aura pas rejoint ses pénates à temps ?

Est-ce que ce n’est pas non plus reconnaître que les hommes sont naturellement des prédateurs sexuels et qu’il vaut mieux les laisser tranquilles et ne peut pas susciter de basses pulsions ?

De toute façon, j'avais déjà décidé de m'enfermer.


Le harcèlement sexuel 
Le harcèlement consiste à abuser de son autorité en exerçant des pressions (ordres, menaces, promesse d'embauche ou d'augmentation, etc.) sur quelqu'un afin d'obtenir des faveurs de nature sexuelle pour soi ou autrui.Ce délit a souvent pour cadre le travail.Si vous en êtes victime, portez plainte. N'hésitez pas, le droit du travail protège le salarié victime de tels agissements en interdisant qu'il soit sanctionné ou licencié pour avoir subi ou refusé les agissements de harcèlement d'un employeur ou de toute personne abusant de son autorité. Les témoins bénéficient de la même protection.

Le harcèlement sexuel est un délit, il se transformera en crime quand on vous aura violée. Sachant la difficulté qu’il y a à faire reconnaître un tel délit (preuves, témoignages) et la longueur des procédures, le mieux, c’est de ne plus travailler, parce que rien, ni personne, ne vous soustraira à ce harcèlement avant plusieurs années. Et que les relations avec la personne en question risquent d’être un chouïa contrariées une fois que vous aurez porté plainte.


Les violences familiales  
Vous venez d'être victime de violences par votre conjoint ou vos enfants, vous pouvez porter plainte. Appelez Police Secours.Si vous ne souhaitez pas porter plainte, faites constater les coups et les blessures par un médecin. Puis, rendez-vous au commissariat ou à la brigade de gendarmerie pour consigner les faits dans la main-courante.Si pour votre sécurité vous souhaitez quitter le domicile conjugal, adressez-vous à un avocat. Il engagera pour vous une procédure de divorce et demandera, en urgence, l'autorisation d'avoir une résidence séparée (l'abandon de domicile est constitutif d'une faute civile). Cette démarche n'est pas nécessaire pour le concubinage ou le PACS.

Vous POUVEZ porter plainte ? Oui, vous avez le droit… mais vous comme moi savez que ça va être le début d’une looooooooongue procédure particulièrement éprouvante. On comprend le « pouvez ». Parce que peut-être, vous ne pourrez pas.

Le meilleur : quitter le domicile conjugal est une faute civile (car une condition du mariage est la vie en communauté), et il faut demander l’autorisation de partir !! Jamais, au grand jamais, on ne laisse seul un homme dans une maison sans domestique ! Petite précision : c'est cet article qui m'a appris que j'étais en pleine faute d'avoir quitté le domicile conjugal il y a 6 mois... et la raison pour laquelle je ne l'ai pas mis en ligne plus tôt... la peur, ça marche !!

Plus logiquement, la première chose qui empêche une femme de quitter le domicile conjugal, c’est de laisser ses enfants en proie à celui qui a été violent avec elle.
Là, normalement, vous avez dû vomir. Sinon, passez à la suite !


Le viol 
Le viol est un crime qui consiste à imposer à quelqu'un un acte de pénétration sexuelle de quelque nature qu'il soit par violence, contrainte, menace ou surprise.Si vous en avez été victime, appelez immédiatement les services de police ou de gendarmerie.Le silence ouvre la voie à la récidive. N'effacez aucune trace matérielle. Ne vous lavez pas. Ne vous changez pas ou alors placez vos vêtements souillés dans un sac en papier (pas en plastique !).Si vous êtes mineure, faites-vous accompagner par un de vos parents.Si vous ne souhaitez pas porter plainte immédiatement, contactez un médecin qui effectuera un prélèvement et constatera vos blessures.

Si vous ne portez pas plainte immédiatement, vous allez vous retrouver dans la situation de quelqu’un qui ne peut plus rien prouver. Avez-vous entendu parler de la tournante de Fontenay-sous-Bois ? Des dizaines d’hommes ont été accusés d’avoir violé deux jeunes filles dans un local à poubelle. La procédure a duré plus de 20 ans. Ils ont quasiment tous été disculpés… manque de preuves !

Ne vous lavez pas. Gardez le sperme, c’est la meilleure preuve ! Parce que votre voix ne suffira pas : elle a autant (je rigole : moins) de poids que celle de votre violeur et si on ne vous trouve pas du foutre dans les orifices, ça compte pas.

Bien immonde.



En bref, ce genre de « conseils » est la consolidation totale de la culture du viol, qui veut que les femmes se font violer parce qu’elles sont imprudentes, qui reconnait que la sexualité des hommes est impulsive, naturelle et irrépressible, que d’être violentée n’est pas si grave et qu’en tout état de cause, ça ne doit pas vous soustraire à vos obligations conjugales.

Elle est aussi la preuve difficilement contestable que nos politiques sont des hommes qui n’ont cure de la lutte contre la violence faite aux femmes, et qu’ils ont sur le sujet un regard condescendant, irresponsable, tout simplement profondément misogyne.

Je n’ai trouvé, sur le web, qu’une seule critique de cette page : chez Crêpe Georgette, qui vous en dira plus que moi (par exemple que ce genre de conseils ne sont pas prodigués aux hommes alors qu’il leur arrive aussi d’être violentés… genre près de 400 000 par an… essentiellement entre eux. Mais ça, c’est normal j’imagine. C’est dans leur nature, vous comprenez. Et puis ce serait un affront de leur donner de tels conseils… je confirme, comme pour les femmes !)

On ne peut que se réjouir de la suppression (que l’on doit à la ministre Najat Vallaud-Belkacem) d’une telle page et de la lucidité soudaine qui a entraîné cette suppression. La nouvelle page présente les outils mis en place par le gouvernement pour lutter contre ces violences, et surtout, elle fait rentrer dans cette catégorie le mariage forcé ou l’excision, ce qui n’était pas le cas du tout sur la page antérieure.

Et en prime, le gouvernement français ouvre un site dédié à cette cause : femmes.gouv.fr.

Chanceuses !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...