(MOOC) Violences faites aux femmes / Les enfants, co-victimes




Le MOOC VFF propose un aperçu de la violence faite aux enfants, qui est inhérente à la violence faite aux femmes : là où il y a une mère violentée, il y a un / des enfant(s) en danger.

Et faut-il le rappeler ?

Un homme violent ne peut pas être un bon père.



Les infos à retenir

- En France, les enfants ne sont plus considérés comme des « témoins » de la violence conjugale mais comme des victimes « exposées » à la violence, ce qui leur ouvre des droits à justice et réparation.

- Les enfants maltraités / exposés à la violence développent un stress post-traumatique, des troubles du comportement parfois sévères, une hypervigilance et/ou une hyperactivité. Leur réussite scolaire et sociale, leur santé mentale et physique est gravement compromise. Les symptômes sont semblables à une maladie chronique et l’enfant requiert des soins sur le long terme.

- 90% des agresseurs sexuels ont été maltraités dans leur enfance. 30% ont été agressés sexuellement. 65% ont été exposés à la violence de leur père à l’égard de leur mère.

- Les filles violentées dans leur enfance ont jusqu’à 3 fois plus de risques d’être exposées à des violences conjugales devenue adultes.



La maltraitance à enfants en France

- Les enfants, co-victimes, intervention de Jean-Marc BEN KEMOUN, psychiatre et expert auprès de la Cour d’appel de Versailles.


- En France en 2015, 11 enfants ont été tués en même temps que leur mère (par le père ou conjoint / ex-conjoint). 25 autres sont morts dans un contexte de violence conjugale. On évalue actuellement à 4 millions le nombre d’enfants en situation de maltraitance.

- En France, 5% des femmes ont subi des violences sexuelles au sein de leur famille ou par des proches, 1,61% ont subi un viol ou une tentative de viol. 56% des femmes déclarant un viol ou une tentative de viol l’ont été avant leurs 18 ans, dont 40% avant leurs 15 ans (enquête VIRAGE)

- Infanticides : en France, le nombre d’enfants tués par leurs parents n’est pas connu et fait l’objet d’une troublante polémique. Un chiffre revient souvent : « 2 enfants par jour » morts pour cause de maltraitance, ce qui est carrément un massacre et qui n’est pas confirmé par les chiffres fournis par la police, qui déclare chaque année 35 à 75 homicides d’enfants de moins de 15 ans. Ce chiffre est très certainement sous-estimé et il faut en sus y ajouter les nouveau-nés morts dans l’année qui suit leur naissance (qui se comptent en milliers), dont une trop petite proportion sont comptés comme victimes de maltraitance selon Anne Tursz. Ce décompte, toutefois, personne ne parvient à le faire. Et on se demande bien pourquoi...

Commentaires

À lire

There will be blood [2018]

Saartjie Baartman