samedi 21 décembre 2013

Cartes à contes


Noël, Noël… Décembre est le mois des petits zenfants… J’aime à penser que cette fête n’a pas toujours été ce qu’elle est aujourd’hui… fut un temps, on terrorisait nos chères petites têtes blondes avec des histoires de Saint Nicolas et de type qui mange les enfants. On leur racontait de jolies contes pour les persuader que dans la forêt, le Grand Méchant Loup les attendait, et que la seule solution, c’était d’être plus malin que lui, parce que dans la Forêt, on est bien obligé d’y aller… par exemple pour porter un petit pot de beurre à mémé.

Aujourd’hui, on dépose sans sourciller, sans expliquer, sans exiger, sans rien faire passer, plusieurs centaines d’euros de joujoux électroniques, criards, bruyants, coûteux et inutiles à leurs pieds, et on pense avoir fait du bon boulot.

Les enfants n’ont besoin que d’une chose : qu’on leur explique c'est quoi la vie.

Alors moi, pour ce Noël, je vous donne quelques cartes pour y parvenir. Les images sont imprimables mais je vous recommande chaudement d'acquérir le jeu vendu par les éditions Thierry Magnier.

Ce sont des « cartes à contes », encore un truc que ma mère m’a confié. Ce sont des cartes à raconter, à fabriquer des histoires. Elles reprennent les éléments constitutifs du Conte : des Personnages, des Lieux, des Objets. Remuez. Piochez. Racontez.

Contes à la carte
(un jeu des éditions Thierry Magnier, réédité en 2011 - Illustrations Jean-François Barbier)














5 commentaires:

  1. Jolies ces cartes à Contes, en effet, je pense que même entre adultes on doit pouvoir se raconter plein d'histoires à dormir avec un peu de contextes arrangés (ou/et sans même!)......

    Noël, c'est marrant mais inconsciemment on le rattache toujours à la forêt, à l'arbre... A la symbolique de l'arbre, sans toutefois toujours s'en rendre même compte, une tradition qui existe depuis même très avant que les religions et le commerce s'emparent de la chose sylvestre..... C'est un ami artiste qui à l'approche du solstice d'hiver nous a raconté ces belles histoires , justement, alors que nous préparions des randonnées poétiques avec un groupe de jeunes gens pour des ateliers d'écritures autour de contes et légendes (fils du diable et Fées depuis disparus de la Vallée....)de ma région,

    Bon, je continue!

    C'est quand même étonnant ce peu de visiteurs/commentateurs....

    RépondreSupprimer
  2. Dans le même genre, mais plus drôle et avec encore plus de fantaisie, je vous conseille l'excellent "Comment j'ai adopté un gnou" et "comment j'ai adopté un dragon", qui utilisent des dés pour amorcer chaque péripétie de l'histoire. Fous rires garantis. Les histoires à créer sont très courtes (quelques phrases) et même ceux qui n'ont "pas d'imagination" (je cris que c'est impossible) y arrivent très bien !

    Ah, j'ai oublié de préciser : ces premiers articles (en fait les trois quart du blog) ont été déménagés, c'est-à-dire qu'ils ont été antidatés pour garder leur chronologie d'écriture, ce qui les a rendu invisibles aux moteurs de recherche et aux lecteurs. Les commentaires qui ont été faits à l'époque sur ces articles n'ont pas déménagé avec les articles, malheureusement... mais il y en a eu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouvais cela bien étrange, en effet (absence de réactions/commentaires....

      Supprimer
    2. Je vois bien ces cartes, pour amorcer/initier/engager un nouveau cycle relationnel avec ma jeune amie qui est très joueuse alors que je ne le suis absolument pas...... (c'est pathologique ossi!). En revanche, je déborde d'imagination.... A deux, c'est bon aussi ce jeu..?

      Supprimer
    3. Ce jeu est certainement parfait à deux, mais il est très "sérieux", alors que "Comment j'ai adopté un gnou/dragon" ne l'est pas. Les cartes à contes demandent une certaine imagination littéraire alors que l'autre joue plutôt sur la spontanéité. Dans tous les cas, je recommande à tous les couples de jouer, jouer, jouer ! Je compte en proposer un nouveau (Totem) dans les jours à venir, qui est vraiment génial côté "relationnel".

      Supprimer

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...