dimanche 3 novembre 2013

Marchez-Respirez (2)


RESPIREZ !


Je sais, lecteurice, tu fais ça tous les jours, mais il est quand même possible que t’apprennes des trucs !

Respirer est l’essence de la vie, tous les êtres vivants respirent... sinon ils sont morts.

Tu crois respirer comme il faut ? Ok, on va vérifier.

Respirez… en observant votre abdomen. Si votre ventre est davantage gonflé quand vous expirez, et qu’il se creuse quand vous inspirez… ben c’est que vous respirez à l’envers ! Des tas de gens respirent ainsi, n’importe comment. Ces gens-là respirent davantage avec la poitrine qu’avec le ventre (et oui, faut respirer avec le ventre), et ont donc une respiration superficielle, incomplète.

Pour avoir donné des séances de relaxation à des adultes (des seniors) dans ma jeunesse je sais que les exercices qui suivent ne sont pas évidents pour tout le monde, y en a que ça dérange de penser à ce que leur corps fait pendant qu’ils le font. Je vais donc faire simple. Vous aurez bien du bénéfice à vous découvrir vous-mêmes…

Penser à sa respiration, travailler dessus, peut être utile sur au moins deux points : 
- vous faites le vide dans vos pensées. Vous vous branchez sur vous, vous vous apaisez. Vous vous donner de l’amour. Hey, t’as pas besoin d’amour, toi ? 
- vous favorisez une bonne hygiène corporelle. La respiration est à la base de tous vos processus vitaux : elle apporte votre carburant (oxygène), nettoie votre sang, vos organes, de votre cerveau jusqu’à vos doigts de pieds, rend heureuses vos petites cellules, j’en passe et des meilleures.

Donc, hop, on respire. Je vous propose deux exercices : la respiration complète, puis la respiration alternée. La première est hygiénique, la seconde relaxatoire (euh)…  Procédons.



Respiration
abdominale
Respiration
claviculaire
LA RESPIRATION COMPLÈTE


Respiration
thoracique

Couchez-vous, au sol, sur un petit matelas, sur votre lit, le canapé… peu importe, mais confortablement. Vous pouvez vous aider avec les mains, ou les laisser étendues de chaque côté de votre corps, paumes vers le haut. Faites toutes les respirations par le nez. 

La respiration abdominale : celle qui vous manque, peut-être. Évidemment vos poumons ne vont pas jusque là, mais en revanche, votre diaphragme les étirent dans cette direction quand vous respirez convenablement, poussant les viscères vers la corbeille de votre bassin. Yabon pour vos intestins, votre rate, votre foie et d’autres trucs que je ne connais pas, délicatement massés. Pousser l’air vers votre sexe. Si vous peinez, une clé de 12 : votre main. Posez-la sur votre ventre, vous devez la sentir se soulever. Visualisez l’air qui entre par vos narines. Expirer ensuite tout votre air, lentement, mais entièrement. Puis reprenez une nouvelle inspiration. Faites ainsi 6 respirations.

La respiration thoracique : cette fois, écartez largement les parois de votre cage thoracique, vos côtes, à l’inspiration. LaaAAaargement. Vous pouvez vous aider avec vos deux mains de chaque côté de vos côtes. Étirez-moi bien tout ça ! Imaginez qu’à présent, l’air ne rentre plus par vos narines… mais par la pointe de votre nez. Expirez complètement. Réaliser ainsi 6 respirations. 

La respiration claviculaire : la seule que vous pratiquez au quotidien, peut-être, sans y penser… Cette fois, l’air inspiré reste au niveau de votre poitrine haute, entre vos deux épaules. En guise de visualisation, cette fois, vous imaginez que l’air rentre par l’arête de votre nez. Avec vos mains posées sur vos clavicules, vos doigts doivent remonter vers votre tête. Expirez complètement. De nouveau, répétez ainsi 6 respirations. 

La respiration complète : lorsque vous maîtrisez bien les techniques précédentes, mélangez-les, comme bon vous semble ! Fi des techniques de puristes, amusez-vous à contrôler votre respiration comme vous l’entendez ! Ainsi, vous pouvez : 
- Réaliser, en une seule inspiration, les 3 techniques : remplissez d’abord votre abdomen, lentement, puis votre cage thoracique, et enfin l’espace entre vos épaules. Videz, à l’expiration, dans le même ordre. 
- Faire une inspiration abdominale, expirer, une inspiration thoracique, expirer, une inspiration claviculaire, expirer, et recommencer de zéro. 
- Faire n’importe lequel de ces exercices en comptant, pour égaliser, ou donner un rythme à votre respiration : 3 secondes d’inspiration, 3 secondes d’expiration. Ou plus. En yoga, les exercices se font sur 12 temps !! Mais ça demande de l’entraînement pour ne pas suffoquer… 
- Toujours en comptant, donner quelques temps de pause entre inspire et expire, et entre expire et inspire : cela détend le diaphragme et soulage le cœur. Le rythme 3:3:3 est un bon début.

La tête ne tourne pas trop ? Alors un truc plus rigolo !

LA RESPIRATION ALTERNÉE 
 
Il y a plusieurs façons de la pratiquer, je vous présente mes deux préférées. 

La première peut se pratiquer en marchant, par exemple : il suffit d’inspirer par une narine, puis d’expirer par l’autre… Mais oui ! On se concentrant, on sent bien la différence de pression. Il suffit de le vouloir en fait. C’est une méthode de relaxation étonnamment puissante. Vous marchez ainsi quelques minutes en inspirant toujours de la même narine, puis en expirant de l’autre, puis vous inversez quand vous en avez envie. Ca peut durer des heures. Et je vous jure que pendant ce temps, vous ne pensez à rien d’autre. Si vous avez l'impression de ne pas y arriver, arrêtez-vous cinq minutes sur un banc et aidez-vous de vos doigts (pouce et annulaire sur les narines, l'index et le majeur reposant sur l'arête du nez). 

La seconde est encore plus posante… elle se réalise au calme, chez soi, dans une atmosphère tamisée et sereine, dans une pièce bien aérée (d’une façon générale, tous les exercices de respiration se font au grand air ou dans une pièce aérée). Asseyez-vous en tailleur, comme Psychée ou dans la position du lotus… Prenez le temps de vous calmer, de vous détendre, mains sur les genoux, par exemple en vous concentrant simplement sur votre respiration, sans la guider. Juste en l’écoutant. Lorsque vous le souhaitez, commencez : 
- J’inspire, en ouvrant la main droite. 
- J’expire en fermant la main droite. 
- J’inspire en ouvrant la main gauche. 
- J’expire en fermant la main gauche.


Et ainsi de suite, en recommençant à droite. Très simple et très puissant. Vous « tenez » votre respiration dans le creux de votre main, quand vous en ouvrez une, ça ouvre vos poumons, quand vous la fermez, vous les videz. Réalisez cette respiration une dizaine de minutes. Moi, j’en sors complètement stone. Apparemment, ça joue sur la mobilisation d’un hémisphère de votre cerveau, puis de l’autre.

Vous m'en direz des nouvelles...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...