vendredi 28 décembre 2012

Pandora

Je vous présente Pandora.

La vraie, ni bleue ni luisante. Je ne suis pas historienne, ni peintre, ni croyante, par contre, j’ai eu un long dada : l’histoire des religions. J’avoue que ma pauvre passoire de tête en a délesté un max, mais il m’en reste le plaisir…

Les religions antiques sont particulièrement intéressantes, parce que peu embarrassées, encore, par la bienséance et la politesse des mœurs. Disons-le, les mythologies grecquo-latines, c’est du commérage au jus de boyaux. Je ne vais pas vous faire le topo de qui créa quoi avec l’aide de qui, qui coucha avec qui et avec quoi, non, ce serait vraiment compliqué, parce qu’ils se la mettent tous, les uns, les autres, en long, en large, et en travers. Souvent, on raconte par épisodes. Comme si c’était fait pour, genre.

Et comme, encore, un fait exprès, ces épisodes nous sont souvent parvenus illustrés par les grands maîtres de la peinture. Vous l'aurez compris : interlude artistique. N’y connaissant pas grand-chose, je vais faire ce que je peux, et de votre côté, aussi. Toute précision apportée sera chaudement accueillie.

Bref. Où l’on se rend compte que l’Homme s’est toujours pris pour un dieu, et où l’on se demande pourquoi.

mardi 18 décembre 2012

Coton

Arrêtez vos conneries, on va parler de choses de fille. Une fois, dans cette catégorie, je vous expliquais qu’un seul produit les valait tous (l’huile) en vous déconseillant d’acheter des cosmétiques, aujourd’hui, je vais vous expliquer qu’en plus, pour ce faire, vous n’avez pas besoin de coton.

Le coton, d’abord, c’est cher. Même en sachet vrac. Mais le pire, c’est quand même les « demake up » (une autre fois, j’expliquerai que je ne me maquille pas…), prédécoupés, calibrés, des fois bios même. Son exploitation est polluante, son traitement pour le rendre blanc et doux, je vous raconte pas.

Mais la vraie vérité, c’est que je dois faire 30 km pour pouvoir en acheter. Comme je suis une maîtresse de maison assez moyenne, j’en manque tout le temps. Avant, quand ma fille est née, j’en utilisais des quantités monstrueuses.
Et puis un jour, bêtement, j’ai acheté dans mon magasin préféré un rond de démaquillage. C’est juste deux épaisseurs de coton-éponge cousues l’une sur l’autre. Et ça fait le même job que demake up. J'ai compris que j'allais enfin pouvoir me débarrasser des plus vieilles de mes serviettes-éponges.

mercredi 5 décembre 2012

Le Conte chaud et doux des Chaudoudoux - Claude Steiner



Encore un petit conte… une histoire sur les ravages de la jalousie, que ma maman nous lisait quand nous étions petits… On peut remplacer "Chaudoudoux" par "amour", pour bien comprendre.




LE CONTE CHAUD ET DOUX DES CHAUDOUDOUX
(Claude Steiner, 1984)

Il était une fois, dans des temps très anciens, des gens qui vivaient très heureux. Ils s'appelaient Timothée et Marguerite et avaient deux enfants, Charlotte et Valentin. Ils étaient très heureux et avaient beaucoup d'amis. Pour comprendre à quel point ils étaient heureux, il faut savoir comment on vivait à cette époque là.