dimanche 13 juillet 2014

The Dinner Party – La Déesse de la fertilité



Aile 1 : l’Antiquité
Déesse primordiale   -   Déesse de la fertilité   -   Ishtar   -   Kali   -   Déesse Serpent   -   Sophie   -   Amazone   -   Hatchepsout   -   Judith   -   Sappho   -   Aspasie   -   Boadicée   -   Hypatie



Femme tenant ses seins dite Figurine de Halaf, aux attributs féminins hypertrophiés, caractéristiques des vénus paléolithiques
[Cliquez sur l'image pour découvrir la "révolution néolithique"]


Déesse de la fertilité – Lorsque le premier Humain était un chasseur-cueilleur, la répartition des tâches semblait être la suivante : les mâles protégeaient le clan et partaient à la chasse avec les fils pour leur en enseigner le rudiment, prodiguant ainsi sécurité et nourriture ; les femelles restaient auprès du foyer (le feu) pour l’entretenir, s’occupaient des bébés et partaient en cueillette, prodiguant ainsi… sécurité et nourriture (voir les travaux d'Alain Testart sur la division sexuelle du travail). La force est restée aux hommes… la fertilité aux femmes. Avouez que la nature féminine se prête bien à ce fardeau-là : la fécondité, l’abondance, la grossesse et la naissance, le printemps… Youpi tralala.

Les symboles et les déclinaisons culturelles de cette figure sont légions. Premier ventre, première poule qui pondit le premier œuf, ou déesse secondaire protectrice de la terre, des vierges mais aussi des mères, du mariage et de la beauté, c’est en cette déesse que toutes les mythologies primitives consacraient la femme. C’est la SUPER-FEMME, qui donne la vie, nourrit, choie, comble, belle, douce et féconde… Déesse Mère, Déesse de la fertilité, Déesse primordiale, ces notions se recoupent, comme un cheveu en quatre : la déesse primordiale (qui arrive donc en deuxième si vous avez suivi) est toujours une déesse de la fertilité (mais l’inverse n’est pas vrai). Le lien entre la naissance des enfants et celle des plantes, des fruits, de toute vie, de ce qui nourrit, a été tout de suite remarqué. Yabon la femme.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...