jeudi 9 août 2018

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier - Les Têtes Raides



NOTRE BESOIN DE CONSOLATION
EST IMPOSSIBLE À RASSASIER
(Les Têtes Raides)
 


Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n'ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d'où je puisse attirer l'attention d'un dieu : on ne m'a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l'athée. Je n'ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m'inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son doute comme si celui-ci n'était pas, lui aussi, entouré de ténèbres. Cette pierre m'atteindrait moi-même car je suis bien certain d'une chose : le besoin de consolation que connaît l'être humain est impossible à rassasier.

jeudi 21 juin 2018

There will be blood [2018]



Ce post philogyne suit le fil de mes cycles menstruels. C’est-à-dire que chaque mois, quand j’ai mes règles, je l’actualise en ajoutant des images, des liens, des textes ou des vidéos, les plus belles, les plus drôles ou les plus éloquentes sur le sujet. Et tous les ans, je recommence. 

Si tu es d’humeur badine, tu peux t’amuser à calculer quand j’ovule.

There will be blood [2015] - [2016] - [2017]



*21*06*18*

Flemme

samedi 16 juin 2018

Men vs Monkeys - Gilles Azzopardi




Tiens, j’avais envie de te donner de mes nouvelles, du coup je vais plutôt lancer un laminage une petite critique d’un bouquin que Johnny Boy m’a offert pour mon anniversaire. Ça te donnera la température.



« EST-CE DE PURS CLICHÉS ? »


Il s’agit de Men vs Monkeys, de Gilles Azzopardi, aux éditions Marabout (Hachette), collection Ta vie en mieux ! Ce livre a été publié trop vite (l’urgence de l’actualité j’imagine) il va falloir supporter les coquilles, les mots manquants, les sauts de ligne intempestifs et les phrases pas terminées. Le ton se veut moderne et humoristique, comprenez qu’on remplace « fonctionnement cognitif » par « appli » et qu’on fait le sapajou en écrivant des gros mots. Cela dit, vous l’achèterez quasiment au prix du papier (6,90). Vous trouverez probablement cet ouvrage dans le tout nouveau rayon « Féminisme » de votre librairie (sinon dans l’ancien « Psychologie et Bien-être »), ce qui risque de vous ficher des aigreurs d’estomac. Il est écrit par un homme que je n’ai jamais lu, mais qui est connu pour ses « manuels de manipulation ». Son propos est globalement de distinguer la bonne manipulation de la mauvaise, qui est l’œuvre des toxiques et des pervers narcissiques

Men vs Monkeys fonctionne selon deux principes :

- balancer des chiffres, beaucoup de pourcentages, des dizaines d’études résumées en quelques lignes (une par paragraphe dans les instants les plus intenses)
- pour comparer les femmes aux hommes et les hommes aux singes (mais surtout les hommes aux femmes).

Le but avoué de cette démarche, c’est d’aider les femmes à comprendre les hommes, il se développe sur le ton du manuel de survie en milieu babouinesque. Ce livre parle donc des hommes et s’adresse largement aux femmes tout au long de ses pages (le tout dans une perspective hétéronormée, voire ultra-normée)…. Mais a banni l’inclusif, quel dommage ! Il va donc falloir accepter de vous lire au masculin à chaque fois qu’on ne parle pas QUE de vous les filles et justement on adore !!! Vu que les hommes aiment qu’on flatte leur ego et que les femmes le font très bien (il vous le prouve). S’il faut aider les femmes à comprendre les hommes, c’est parce que les sexes ne se comprennent pas, c’est le prédicat de base. Les hommes n’osent plus draguer et les femmes s’y prennent mal pour communiquer avec eux. Les hommes non plus ne comprennent pas les femmes, mais ça c’est normal : c’est parce qu’ils sont bêtes. C’est le ressort légèrement comique de l’ouvrage : les hommes sont bêêêêêêêtes ah ah ah. Alors que vous les filles, vous, vous êtes intelligentes, évoluées, disciplinée, prudentes ! Et c’est pour ça que c’est à vous de faire le boulot, de prendre en charge votre « babouin » et même toute la relation et de convoler fidèlement pour des siècles et des siècles, amen. J’avoue, en introduction, l’auteur nous prévient qu’il va emboutir des portes ouvertes, mais on ne s’attend pas forcément à ce qu’il le fasse avec autant de condescendance. On n’a pas écrit un livre féministe parce qu’on y vante l’intelligence des femmes. Pas avec des idées aussi éculées. Parce que ça c’était la forme. Pour le fond, dans le fond, c’est pareil : j’ai bien envie de retitrer ce livre « Comment vivre heureuse à Penisworld ».

mardi 15 mai 2018

Si tu étais féministe, tu le saurais





J'ai entendu quelques fois cette phrase dans la bouche d'hommes de mon entourage :

« En fait, je suis féministe sans le savoir. »

Elle n'a pas l'air particulièrement marrante cette phrase, là, comme ça, pourtant elle fait rire les féministes, qui sont des personnes attachées au sens des mots.


« Je suis féministe sans le savoir. » est une phrase qui a du sens, elle signifie a priori que vous pensez être féministe mais que vous n’en êtes pas sûr. Elle porte aussi plusieurs informations implicites. Je liste ces sens possibles et logiques ainsi :

1) je ne sais pas si je suis féministe
2) je n’avais jamais remarqué avant que j’étais féministe et personne d’autre ne l’a porté à ma connaissance
3) je ne sais pas au juste ce qu’est le féminisme
4) mais j’ai l’impression de faire des choses qui sont féministes

C'est une phrase qui affirme un doute (et même plusieurs) ; c'est une question en réalité : suis-je féministe ? Il est possible de répondre à cette question en décortiquant les termes de ce grand mystère.

lundi 7 mai 2018

Une semaine de podcasts




Ça rend accro hein ? Eh bien tiens, ta dose de podcasts féministes pour la semaine ! Et pour les jours sans, tout à la fin, une liste de podcasts qui vous prennent sans rendez-vous, qui peuvent vous surprendre à tout moment... Je vais tâcher de tenir ce programme à jour, n’hésitez pas à partager vos écoutes pour l’enrichir.


mercredi 2 mai 2018

En mai, fais ce qu’il te plaît !




Bon, une rumeur court comme quoi il faudrait 10 ou 15 ans pour que les femmes puissent exhiber leurs mollets poilus… suis pas d’accord, il suffit de laisser pousser à partir d’hier, mardi 1er mai, et dans 6 mois les progrès seront significatifs.



Je viens de découvrir MAIPOILS, une joyeuse initiative de Paméla Dumont !

Éloïse Caron


Maipoils
L'événement du mois de mai

Pendant un mois, soit l’entièreté de mai, femmes comme hommes sont invités à tenter de donner une place à celui qu’on éradique sans cesse et toujours plus : Le Poil. C'est une invitation à ranger les pires tentations : les rasoirs, la cire, les bandes et l’arrache-poil électrique et à se laisser retrouver un épiderme au naturel pour voir si la beauté peut en émaner. Pour ceux et celles qui ne voudront pas y participer via leur corps par choix ou encore par impossibilité (éradication permanente des poils par le passé), vous êtes bien sûr invités à prendre part à la discussion. On veut mettre des mots sur le caché, l’intime, l’horrible, l’ostracisé ou le doux. Le mois de mai a été choisi avec soin, car le printemps laisse tranquillement place à la saison chaude et on commence à se dénuder et… un des premiers réflexes de plusieurs est de passer la lame sur cette peau qui a hiberné des regards et des jugements depuis déjà plusieurs mois. Le poil, peu importe comment vous le portez dans votre estime, a certainement une place dans votre vie et Maipoils veut tout simplement nous permettre de la questionner et d’en ressortir plus heureux que ce soit dans l’élimination ou non.



Eva
Madonna
Griezelkraetze

mercredi 4 avril 2018

Le monde est rond - Gertrude Stein




Un chef d’œuvre-ovni de la littérature enfantine, sur la profondeur, l'illusion et les couleurs du monde, The world is round de Gertrude Stein, à lire, à regarder et à écouter !


"This book was written to be enjoyed."
Gertrude Stein

Raconté et mis en sons par Sabine Zovighian, avec des chansons originales de Michael Liot, du groupe We Were Evergreen, sur le site d’Arte Radio.


jeudi 29 mars 2018

(MOOC) Violences faites aux femmes / Prise en charge des femmes victimes de violences





Le MOOC fait pour terminer un tour d’horizon de la manière dont notre société « prend en charge » les femmes victimes de violences. Alors, il parait que le viol est un crime odieux, il parait que frapper une femme est la chose la plus basse que puisse faire un homme d’honneur, c’est à se demander comment une idéologie aussi bien élevée que le patriarcat, qui aime tant les femmes nesspa, en arrive à en tuer autant et à la dégrader à ce point chaque jour. Et à les protéger si mal, si parcimonieusement. On sait déjà qu’elles s’exposent à la vindicte populaire, au slutshaming, aux accusations de calomnies et de mensonges… Toutefois un petit coin de loi permet aussi de les protéger. La reconnaissance du phénomène est balbutiante (pourtant les rapports s’empilent) et c’est un parcours de la combattante, en vrai, de demander justice.


Les infos à retenir

- 213 000 femmes sont victimes de violences au sein du couple chaque année.

- 68 000 femmes déclarent un viol au cours de l’année écoulée. C’est un viol toutes les deux minutes.

dimanche 25 mars 2018

(MOOC) Violences faites aux femmes / Les enfants, co-victimes




Le MOOC VFF propose un aperçu de la violence faite aux enfants, qui est inhérente à la violence faite aux femmes : là où il y a une mère violentée, il y a un / des enfant(s) en danger.

Et faut-il le rappeler ?

Un homme violent ne peut pas être un bon père.



Les infos à retenir

- En France, les enfants ne sont plus considérés comme des « témoins » de la violence conjugale mais comme des victimes « exposées » à la violence, ce qui leur ouvre des droits à justice et réparation.

- Les enfants maltraités / exposés à la violence développent un stress post-traumatique, des troubles du comportement parfois sévères, une hypervigilance et/ou une hyperactivité. Leur réussite scolaire et sociale, leur santé mentale et physique est gravement compromise. Les symptômes sont semblables à une maladie chronique et l’enfant requiert des soins sur le long terme.

- 90% des agresseurs sexuels ont été maltraités dans leur enfance. 30% ont été agressés sexuellement. 65% ont été exposés à la violence de leur père à l’égard de leur mère.

- Les filles violentées dans leur enfance ont jusqu’à 3 fois plus de risques d’être exposées à des violences conjugales devenue adultes.

lundi 19 mars 2018

(MOOC) Violences faites aux femmes / viols et agressions sexuelles





Suite du MOOC ! La violence sexuelle est une violence qui pèse spécifiquement (c’est-à-dire massivement et au contraire des hommes) sur les femmes et les enfants... Dans la grande majorité des cas, l’agresseur est un homme. Ces simples constats suffisent à identifier une violence de genre. Celle-ci est partout et se manifeste à chaque âge de la vie. En public, en collectif, en société, dans le métro, à l’école, au travail, nous sommes toujours potentiellement les épouses ou la fille de chaque homme. Interdiction de s'appartenir !



Les infos à retenir

- Numéro d’appel gratuit pour les victimes de viol : 0 800 05 95 95.

- Intervention de Marie-France Casalis, porte-parole et responsable de formation du Collectif Contre le Viol et responsable du Mouvement Français pour le Planning Familial.


vendredi 16 mars 2018

Le Tzolkin : pratiques personnelles





Utiliser le calendrier maya, c’est jouer avec sa symbolique. Il amène à visualiser chaque jour de notre vie comme des briques qui s’empilent les unes sur les autres au fil du temps. Chaque jour, tu poses ta pierre. Eh bien je ne sais pas vous mais moi, avant, j’oubliais toujours les petits cailloux que je laissais derrière et je me sentais toujours un peu perdue, incapable de comprendre comment j’en étais arrivé là.

C’est fini tout ça. Cette façon de procéder rend les choses très vives, très présentes, pour ainsi dire… inoubliables. Celleux qui pratiquent l’art du temps maya le disent toustes : tu vois ta vie en 4D.


Le Calendrier des 13 Lunes et le Tzolkin fournissent des plans d’interprétations à plusieurs niveaux : quotidien, mensuel, annuel ou à l’échelle de toute la vie. Donnez-vous quelques heures de calme et lancez-vous… Je vous propose des fiches à compléter pour dresser vos portraits de naissance et annuel, n’hésitez pas non plus à imprimer les tableaux qui vous seront utiles (Un calendrier des 13 Lunes, un Tzolkin, les mots clés des glyphes et des tonalités ainsi que leurs questions / réponses me paraissent indispensables - sinon gardez cet article dans vos favoris, tout y est).

Commencez par votre portrait de naissance. Quand vous l’aurez fait, vous saurez tout faire !


VOTRE PORTRAIT DE NAISSANCE

- Calculez votre Kin. Notez son numéro, et dessinez-le, le glyphe et sa tonalité (dessus ou dessous, au choix). Repérez votre tonalité dans l’Onde, ses attributs (essence, pouvoir et action) et la question qu’elle pose, puis lisez la réponse apportée par votre glyphe. Lisez le petit résumé qui lui est consacré et prenez connaissance de ses attributs. C’est votre identité galactique !

- Trouvez votre Onde de naissance : repérez votre Kin dans le tableau des Ondes et identifiez celle à laquelle il appartient. Dessinez-la, tracez ses pulsars, lisez ses questions / réponses, formulez ses affirmations : c’est votre mission de vie.

- Dressez votre Oracle de naissance : calculez l’Oracle de votre Kin et trouvez vos pouvoirs (analogue, guide, antipode et occulte) !

- Dessinez votre Château de destinée, qui établit vos identités successives années après années (suite de 52 Kins annuels différents). Inscrivez-y également les faits marquants de votre vie pour contempler les chemins que vous avez parcourus jusque-là…



Les mêmes opérations peuvent être répétées avec votre identité annuelle. Et oui, ça change tous les ans !

mercredi 14 mars 2018

Le Tzolkin : les bases





Il n’est pas nécessaire d’être experte en astronomie maya pour comprendre le Tzolkin ! Mais ça demande une petite gymnastique mentale quand même. Prête à stimuler tes neurones ?

Note : toutes les images sont réalisées par moi (à part ce petit logo Hunab Ku à gauche) et sont libres de droit. Vous pouvez les imprimer, les partager... Si vous y trouviez des erreurs, je vous serais très reconnaissante de bien vouloir me les signaler, je m'empresserais de les corriger  :)



Rassure-toi, pragmatique terrienne qui peut-être craint la magie, je te rappelle que le Tzolkin est une application mathématique, ce ne sont que des nombres qui se combinent entre eux. C’est à la fois spirituel et logique. Le meilleur récapitulatif que j’ai trouvé est celui-ci, sur le site du Musée Canadien de l’Histoire, il nous rafraichira la mémoire sur ce qu’on a appris hier sur les mayas :


Le calendrier maya date probablement, dans sa forme finale, du premier siècle av. J.-C. et il serait le produit de la civilisation olmèque. Le calcul des prêtres mayas était si précis que la correction de leur calendrier est de dix-millième de journée plus exacte que le calendrier en usage actuellement dans le monde.

De tous les anciens systèmes de computation du temps, ceux des Mayas et les autres systèmes méso-américains sont les plus complexes et les plus détaillés. Leur mois était de 20 jours et l'année civile était double : un cycle sacré de 260 jours, dénommé Tzolkin, et l'année vague de 365 jours, ou Haab. Ces deux calendriers coïncidaient tous les 52 ans. Cette période de 52 ans était désignée sous le nom de «faisceau» et elle représentait pour les Mayas l'équivalent d'un siècle pour nous.

Le cycle sacré de 260 jours est composé de deux cycles plus courts : les chiffres 1 à 13, et 20 noms de jours différents. Le nom de chaque journée est représenté par un dieu qui transporte le temps à travers le ciel, marquant ainsi le passage du jour à la nuit. Les noms des jours sont les suivants : Imix, Ik, Akbal, Kan, Chicchan, Cimi, Manik, Lamat, Muluc, Oc, Chuen, Eb, Ben, Ix, Men, Cib, Caban, Eiznab, Cauac et Ahau. Certains de ces noms renvoient à des divinités animales comme Chuen (le chien) et Ahau (l'aigle).

mardi 13 mars 2018

Le Tzolkin : petite introduction à l’astronomie maya




Il y a quelques jours, j’ai aguiché mes twittas avec une histoire de calendrier qui serait aussi un journal intime, un oracle et une philosophie de vie. Cette chose existe : c’est le Tzolkin. Mais avant de te parler de la manière dont on peut l’utiliser aujourd’hui, je voudrais te parler de ceux qui l'ont fait : Hunab Ku, les Mayas et José Argüelles. Laisse-moi te les présenter.



LES MAYAS

C’est un très vieux truc, le Tzolkin. Les Mayas sont les représentants de l’une des plus anciennes civilisations d’Amérique puisque les peuplements humains sédentarisés sont attestés autour de JC-3000 dans la péninsule du Yucatán. Cette population fascine les historiens occidentaux à cause de sa propension à compter et à observer les étoiles. Mathématiques et astronomie sont deux formes de connaissances fondamentales pour explorer une troisième connaissance : calculer le TEMPS. Ces trois domaines font incessamment l’amour entre eux dans l’histoire humaine, si j’ose dire. Chez les Mayas, c’est une orgie !

jeudi 1 mars 2018

Granulosité émotionnelle et expression écrite




Today, deux articles qui se télescopent de manière très appropriée : le premier est tiré du New York Times et vantent les mérites de la « granulosité émotionnelle », c’est-à-dire la capacité à nommer finement ses émotions… Vous en conclurez qu’il y a des gens qui savent bien aller mal. Le second est lisible sur le site The Cut et présente le travail d’un certain James Pennebaker qui, lui, vante les vertus de l’écriture pour se remettre d’un épisode douloureux.

Cela résonne particulièrement en moi parce que justement, je lutte contre le silence en ce moment. Les mots sont terriblement durs à trouver, je ne sais pas combien de jours, de semaines ça va me prendre. Mais les effets sont déjà sensibles (il se trouve que ça ne me fait PAS baisser la pression artérielle).

Ah, et tu improve ton english, au passage.


*
*  *

Are You in Despair? That’s Good
By LISA FELDMAN BARRETT JUNE 3, 2016

Roue des émotions de Plutchik
WHEN the world gets you down, do you feel just generally “bad”? Or do you have more precise emotional experiences, such as grief or despair or gloom?

In psychology, people with finely tuned feelings are said to exhibit “emotional granularity.”

[…]

With higher emotional granularity, however, your brain may construct a more specific emotion, such as righteous indignation, which entails the possibility of specific actions. You might telephone a friend and rant about the water crisis. You might Google “lead poisoning” to learn how to better protect your children. You might call your member of Congress and demand change. You are no longer an overwhelmed spectator but an active participant. You have choices. This flexibility ultimately reduces wear and tear on your body (e.g., unnecessary surges of cortisol).

jeudi 8 février 2018

Là où les putains n’existent pas - Ovidie (2017)





Ce documentaire d’Ovidie de 55 minutes pourrait bien vous ficher une claque. Si vous avez besoin d’une bonne calotte, profitez-en, il est en replay sur Arte+7 jusqu’au 7 mai 2018 !

Avant de le regarder, j’ai croisé quelques timides commentaires en relayant d'autres et tendant à en invalider le propos (« Ovidie est contre l’état-providence, elle trouve que la société protège trop les femmes... ») mais j’en ai trouvés encore plus qui vantaient sa part d’humanité. Du coup je me demandais carrément à quoi il pouvait ressembler ce film. De prime abord, pour beaucoup de monde, prostitution = violence masculine et grande criminalité (rapport aux clients et aux proxénètes) sauf qu’il manque plusieurs choses dans cette équation. D’abord, il manque le mot « femme », ici Eva-Maree, qui s’est prostituée librement parce qu’elle l’avait décidé. Ensuite il faut ajouter le mot Suède (la patrie de Lisbeth et Stieg Larsson) pour avoir les bonnes cartes en main. En Suède, paraît-il, la prostitution n’existe pas. C’est faux évidemment et c’est le propos du film : pas de clients violents, pas de proxénètes monstrueux, pas de traite des femmes, non, que du bon machisme à l’état pur, dans un état qui se croit le plus égalitaire du monde, avec des gens super-normaux.





dimanche 4 février 2018

(MOOC) Violences faites aux femmes / Le féminicide





Le MOOC passe un peu rapidement sur un sujet pourtant capital : le féminicide. Mot qui fait peur, difficile à définir, soit-disant. On ne parle pas de féminicide dès qu’une femme meurt, on parle de féminicide quand il n’y a pas d’autre explication au meurtre que le fait que la victime était une femme. Et c'est là la difficulté : comment prouver qu'une femme a été tuée parce qu'elle était une femme, dans une société qui ne reconnaît pas la domination des femmes par les hommes, et dont la justice, les médias et le pouvoir sont toujours aux mains des hommes ?

Les médias jouent un rôle déterminants dans la perception que nous avons de ces meurtres. Il est très instructif de comparer le traitement médiatique des meurtres d’hommes par leur femme (« veuve noire », « empoisonneuse », « monstre ») et les meurtres de femmes par leur homme (« trop amoureux », « elle venait de le quitter », « drame familial »).



Les infos à retenir

- Le terme "féminicide" n'existe pas dans la législation française... ni même dans la plupart des dictionnaires, mais c'est une réalité pour l'Organisation Mondiale de la Santé. Pas du tout paradoxalement, les féminicides sont largement impunis et les meurtriers bénéficient de la complaisance de la population, de la police, de l'état.

mardi 30 janvier 2018

Les hommes veulent-ils l'égalité ? Patric Jean (2015)






Hop hop hop, on ne faiblit pas, on s’active pour que le tissu (social) ne se relâche pas, que ça reste ferme. Il faut garder les femmes à leur place : dans l’actualité !

Aujourd’hui, une conférence de Patric Jean, le réalisateur du documentaire La Domination masculine, que j’ai déjà partagé dans cet article sur le masculinisme (si j’étais vous, j’irais faire un tour sur le site dédié du film) (et si j’étais prof dans le secondaire, j’irais faire un tour chez les Grignoux). Il a également participé au MOOC Violences Faites aux Femmes que je tâche de vous restituer depuis plusieurs mois.

Tu sais comme c’est dur de retranscrire les propos de quelqu’un ? Je veux pas avoir l’air de me plaindre, je vais être jontille au contraire, j’ai presque tout retranscrit ! J’ai viré quelques digressions (que je te résume quand même, c’est plus fort que moi), mais j’ai ajouté des liens qui rendront le propos plus pénétrant (c’est aussi bon pour la peau le féminisme).





[En intro, petite mise en contexte : c’est justement à Nantes que pour la première fois en France un masculiniste a grimpé sur une grue (la grue Titan, tu souviens ?) pour défendre ses « droits » de père, comme l'ont conseillé les mascus québécois : la grue c’est bien parce que c’est phallique et les droits du père, c’est bien parce que c’est bien.]



Les hommes veulent-ils l’égalité ?


Nous sommes un système inégalitaire, dans un système hiérarchique, qui a au moins 200 000 ans pour ce que l’on en sait de manière empirique, c’est-à-dire avec des preuves formelles, l’analyse de l’ADN mitochondrial des squelettes qu’on peut retrouver qui ont 200 000 ans. On voit bien qu’il y a un rapport hiérarchique, un rapport de propriété des hommes sur les femmes puisqu’il y a 200 000 ans déjà les hommes échangeaient leurs femmes. Quand on retrouve les squelettes, on peut démontrer que les hommes sont de la même lignée, de la même famille, mais que les femmes ne le sont pas. Et toutes les femmes de la lignée ont disparu, donc elles sont ailleurs, ou mortes, mais elles sont en tout cas remplacées par des femmes qui viennent d’autres clans, d’autres groupes. Ce qui signifie que, ou bien elles ont été volées à un autre groupe, ce que l’on retrouve d’ailleurs dans les images mythologiques, l’enlèvement des Sabines… c’est l’idée qu’il y a un groupe d’hommes qui n’a pas de femmes, il va voler les femmes des autres. Ou bien que, et c’est probablement ce qui s’est développé, c’est un échange de femmes, les femmes devenant de facto un bien, un bien matériel, un bien mobilier.