mardi 13 juin 2017

Je roule à 70 km/h




Récemment sur la route, tu t’es retrouvé.e derrière une Micra noire (un peu cabossée) qui n’avançait pas et tu as eu l’impression que sa conductrice n’en avait rien à faire de te faire lambiner derrière elle ? C’était moi !!


J’ai pris une importante décision : celle de ne plus dépasser les 70 km/h lorsque je me déplace avec ma voiture. Marrez-vous, oui ! ça change tout.


- Je ménage mes nerfs, mes muscles et mon dos. D’ailleurs, c’est comme ça que tout a commencé : un tour de rein, juste avant de reprendre le volant, alors que je venais de faire 90 kilomètres pour déposer ma fille à l’école, et que je devais les refaire dans l’autre sens pour rentrer chez moi. « Tour de rein », c’est une façon de parler : nous étions en janvier, il faisait fort froid, j’avais mes règles, j’ai fait un mouvement con avec ma tête et paf, je me suis déplacée deux côtes, toute seule comme une grande. Ça faisait mal, j’avais besoin d’aide et j’étais toujours aussi loin de chez moi et de mon ostéo. Alors je suis montée dans mon auto et j’ai fait ses 90 foutus kilomètres à 70 km/h. Plus, c’était impossible, ça me mettait tellement les muscles en pelote dans le dos que je pleurais ma mère. À 70 km/h, comme par magie, mon corps se détendait. Aujourd’hui, je n’arrive plus à réduire le nombre de kilomètres que je parcours chaque semaine (pas loin d’un millier), ALORS JE ROULE À 70 KM/H.

- Je ménage mon porte-feuille. Là, tout le monde va comprendre. Ma voiture, c’est une petite Micra 1.5 DCi 3 portes, à la base, ça tète pas. En situation habituelle, quand je travaillais tous les jours et que je roulais comme une maboule, elle affichait une consommation de 4,8 litres aux 100 kilomètres. Une fois, je l’ai mise entre les mains de Graindorge qui était alors mon mari. Quand il me l’a rendue le lendemain, elle s’était toute affolée et affichait 6,8 l/100 km. Et depuis que je roule à 70 km/h, elle affiche 3,4l/100 km.  C'est un principe de base de la conduite économique. C’EST POUR ÇA QUE JE ROULE À 70 KM/H.

- Je ménage ma voiture. Quand je suis devenue une femme seule, les garagistes se sont mis à faire des soudures au lieu de poser des fusibles (amusing). À chaque fois que j’en change, le mec s’éclate en regardant le travail du précédent et se complait à me faire la liste des abus qui ont été faits, de toute évidence, sur ma crédulité. Alors, j’ai sorti mon livret d’entretien et depuis, je n’ai recours qu’avec parcimonie ET circonspection à un garagiste. C’est aussi par souci de me retrouver le moins possible entre leurs mains que j’ai décidé de ne plus lui tirer sur le museau. J’ai fait beaucoup de découvertes très intéressantes sur la mécanique DEPUIS QUE JE ROULE À 70 KM/H.

- Je ménage l’environnement. Soyons lucides : ma voiture polluera toujours, peu importe la vitesse à laquelle elle se déplace. Elle aura toujours besoin de carburant, arraché à la terre, raffiné à l’eau claire et les déchets de sa combustion libérés dans l’atmosphère. J’en conclus quand même qu’économiser mon carburant est un acte logique et responsable. DONC JE ROULE À 70 KM/H.

- Je ménage mon permis. Au cours de mes 8 ans de conduite, j’ai perdu 2 points en raison d’excès de vitesse immortalisés par des radars, ainsi que plusieurs centaines d’euros en amendes. C’est fini, PARCE QUE JE ROULE À 70 KM/H.

- Je ménage des vies. La mienne, mais aussi la tienne. Pour illustrer cet argument, un exemple, un seul, qui me touche beaucoup. Je suis née en Bourgogne et j’y ai longtemps vécu aussi, dans un coin où tout le monde se souvient d’un terrible accident qui a eu lieu avant ma naissance, sur l’autoroute. Des collègues du cru, qui étaient de jeunes enfants à l’époque, m’ont dit que le ciel de la nuit était rouge, l’incendie visible à des kilomètres. 44 enfants brûlés vifs.


31 juillet 1982 : accident de Beaune. Carambolage sur l'autoroute A6 à Beaune, de nuit et par temps de pluie, au niveau d'un rétrécissement de chaussée, impliquant deux autocars et deux voitures, causant 53 morts dont 44 enfants ; le propriétaire d'un car est condamné à de la prison avec sursis et à une amende pour défaut d'entretien du car, un des chauffeurs est condamné à de la prison avec sursis, à une suspension de permis et une amende. C'est l'accident de la circulation le plus meurtrier de France. 

Source : Wikipedia


Quelles que furent les responsabilités et les conditions de route, à la lecture des faits on voit que la vitesse des véhicules a été déterminante dans le drame, parce qu’elle l’a noué très vite, trop vite. La vitesse, ça raccourcit tout.



À 20 heures, le 30 juillet 1982, deux cars partent de Crépy-en-Valois, ville située à une soixantaine de kilomètres au nord de Paris. Ils transportent des enfants et adolescents et leurs moniteurs en colonie de vacances à Aussois en Savoie. Au milieu de la nuit, les deux autocars qui se suivent sur l'autoroute A6 en direction de Lyon passent Beaune. Il pleut et la circulation est dense en ce temps de « chassé-croisé » des vacances d'été. 
Peu après, vers 1 h 45, lors d'un ralentissement dans l'« entonnoir », une zone où l'autoroute passe de trois à deux voies, deux voitures se rabattent entre les deux cars. L'autocar de tête doit brusquement ralentir car il est gêné par un autocar allemand. Le deuxième car percute la deuxième voiture, provoquant un carambolage. Le réservoir d'une voiture s'éventre et se vide sur la chaussée avant que l'essence ne s'embrase. Six véhicules prennent feu.  
Le premier car est évacué par les conducteurs et les moniteurs. Dans le second car, une issue latérale est bloquée par une voiture encastrée. Deux moniteurs parviennent tout de même à faire sortir une quinzaine d'enfants par l'arrière du véhicule mais 44 restent bloqués à l'intérieur avec les deux chauffeurs et deux moniteurs. Cinq autres personnes dont deux enfants meurent dans les voitures (il n'y a pas de survivant dans les deux voitures impliquées).

Source : Wikipedia


Je déteste les autoroutes, parce que ce sont des endroits où l’on est obligé d’aller vite, comme si c'était une évidence, alors que ça ne l'est pas, non. Il n’y a aucun lieu sur terre pourtant qui mérite qu’on s’y rende à 130 km/h (et je suis gentille, je fais comme si vous respectiez collectivement cette limite toute virtuelle). Il n’y a aucun de nos déplacements qui mérite que nous y perdions la vie. Il n’y aucune minute gagnée qui vaille un tel gâchis de sang, d’énergie et d’air pur.


JE ROULE À 70 KM/H.


2 commentaires:

  1. Quand on va chez le garagiste -et je conseille à toutes les femmes d'aller chez le garagiste elles-mêmes sans compter sur le "Prince Charmant", même quand elles en ont un à la maison- et lorsque la réparation va être importante, prenez un deuxième avis. Si les deux diagnostics concordent, c'est que ce sont des professionnels honnêtes. De plus, vous vous faites une culture mécanique : on apprend de ses pannes et réparations. Garder les factures et l'historique des interventions est aussi une bonne pratique. Personnellement j'entretiens mes voitures moi-même depuis toujours, je vais toujours chez mes garagistes avec mon propre diagnostic de panne que je leur soumets, plus d'une fois sur deux, je ne me suis pas trompée. Bravo pour les 70 KM/H, c'est de la pollution en moins.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien d'accord avec toi ! Ce qu'on appelle "empowerment", finalement, c'est juste une recherche d'autonomie. La voiture concentre beaucoup de situations sexistes à elle seule dans la vie d'une femme et nous ne saurions que trop conseiller de faire pour la bagnole comme pour le reste : prendre les choses en main.

    RépondreSupprimer

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...