mardi 7 février 2017

Étant donnés... - Marcel Duchamp



Aussi séduisante que puisse paraître cette installation (parce qu’il y a une femme à poils nue au milieu ?), elle me laisse une vilaine sensation. La femme n’est pas un écrin de confort, au parfum de paradis perdu. C’est pas l’eau et le gaz à tous les étages, pardon mais merci bien. Le repos du guerrier ! Quand tu as quelques notions de géopolitique cette expression te fait frissonner de terreur.

Y a beaucoup de choses qui coincent ici. J’ai comme la sensation qu’on a fait du mal à l’origine du monde. Vu comme ça, la femme n’est qu’un cadavre (ce que semble confirmer le commentaire d’Hypathie ci-dessous). Un corps sans tête.

Et puis, surtout, cette vision de la femme, c’est une inversion conceptuelle, une perversion intellectuelle. Je te le prouve demain !!



Étant donnés : 1° la chute d'eau 2° le gaz d'éclairage... - Marcel Duchamp (1966)




« Étant donnés : 1° la chute d'eau, 2° le gaz d'éclairage, nous déterminerons les conditions du Repos instantané (ou apparence allégorique) d'une succession de faits divers semblant se nécessiter l'un l'autre par des lois, pour isoler le signe de la concordance entre, d'une part, ce Repos, (capable de toutes les excentricités innombrables) et, d'autre part, un choix de possibilités légitimées par ces lois et aussi les occasionnant. »


1 commentaire:

  1. Cette installation aurait inspiré à David Lynch le plan très fugitif du film Mulholland Drive où les deux héroïnes trouvent un cadavre dans un pavillon du village Disney, après y être entrées par effraction ; l’œuvre est exposée au Philadelphia Museum of Art derrière une porte vermoulue http://www.philamuseum.org/collections/permanent/65633.html?mulR=1929966215|2#

    RépondreSupprimer

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...