mercredi 14 décembre 2016

James Jean


Change - 2015

Ses images m’ont immédiatement attrapée. Au bout de deux minutes, elles me dérangeaient. Elles me touchaient et me mettaient en colère. C’est l’œuvre, colorée et fantasmagorique de James Jean, peintre et illustrateur de comics américain.


Si tu veux de l’éternel féminin et t’interroger inlassablement sur la crainte que tu éprouves face à son mystère, Bienvenue dans l’univers de James Jean. Au centre de l’image, toujours une femme, une fleur ou une petite fille. D’un autre monde que les petits garçons. Des transpercements, des larmes et des vits. Des succubes, des sirènes, des vilas, qui sont trois prédateurs du genre masculin (en l’occurrence… des prédatrices). Beaucoup de rose. Des vraies questions et des vraies réponses.



Peel - 2013
Pomegranate - 2014

Wave (buried) - 2012

Bless your heart - 2016
Henoki - 2013

Forlorn rose

Maze II -2013

Et des pubs Prada où on se chausse avec des scarabées.


Aujourd’hui, je me disais que l’on s’attache à sa mélancolie. Qu’on finit par aimer sa folie, on s’y sent chez soi. Et ça peut être grand ! C'est là qu'on se sent unique, finalement.



Voyager dans les cauchemars de James Jean a quelque chose de très - trop - familier. C’est une apothéose, toute en sucre et en vapeurs, de siècles de terreur et de fascination de l’homme à l’égard de la femme.

Succubus
Mob

Dahlia - 2009
Choir - 2012

Placenta - 2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...