jeudi 31 juillet 2014

Bricolage domestique viril n°1 : porter des choses lourdes




Lors de mon déménagement, j’ai douloureusement pris conscience du poids de la connaissance. Il n’y a à peu près rien de plus lourd que les livres. A part une machine à laver.

Au jeu du bricolage viril qui vous permettra de contacter votre animus profond, vous devez déployer toute votre intelligence, toute votre perspicacité, et du bon sens. Ainsi que de la patience. On croit que c’est affaire de force… ce sont ceux qui n’y connaissent rien qui le disent !

Dans le cas des livres (casseroles, bouteilles pleines et tous les petits objets lourds…) il n’y a qu’une solution : faire de petits cartons ! Pour tous les autres cas, quelques conseils…




ë
Bricolage domestique viril n°1

Porter des choses lourdes
***
 (dur, sale et chronophage)




La chose lourde est le premier ennemi de la parité, car il serait de notoriété publique que la femme ne peut la soulever. C’est peut-être vrai, et encore plus si vous mesurez 1m53 pour 40 kilos, mais figurez-vous que ça n’a rien à voir !



LA CHOSE LOURDE NE SE PORTE PAS ! C’EST COMME UN BOULET : ÇA SE SOULEVE ET ÇA SE TRAINE !!!


Votre but n’est pas de la porter, mais de la déplacer ! En revanche, être une femme et déplacer une chose lourde demande de la patience. Il convient de découper la montagne en morceaux. Attention ! Presque aucun revêtement de sol n’aime se faire frotter la gueule par quoi que ce soit ! Le bois aussi bien que le métal laissent des traces, et vous abîmerez l’objet lourd si vous le traînez bêtement par terre ! Procédez comme suit :

1) Examinez l’objet à déplacer : ses caractéristiques physiques et techniques (poids, taille, fragilité) doivent vous évoquer un mode opératoire ad hoc, parmi les suivants : 
- porter effectivement, parfois on se fait des idées : pas si lourde que ça cette vieille télé / machine à coudre paléolithique en chêne et fonte. Si la taille de l’objet le justifie, on peut estimer que la parité ne sera pas égratignée si vous demandez de l’aide ! Vous n’avez pas une copine ? 


 ATTENTION : je vous préviens de suite, porter une chose lourde est une chose, porter une chose lourde sur une longue distance en est une autre, à proscrire. Vous et votre dos êtes prévenus. 



- utiliser un diable : parfait pour les cartons de bouquins, l’électroménager ou le matériel informatique bien emballé. Toutes les petites femmes devraient posséder un diable (de même qu’un escabeau). 
- faire glisser sur le sol, au moyen de patins, de planches sur roulettes, ou même de chiffons. Sur le carrelage, c’est tip-top : je peux déplacer à l’aise 5 fois mon poids. 
- démonter l’objet, pour le délester de l’une ou plusieurs de ses parties (armoires avec étagères par exemple). Nécessite un outillage adéquat (tout meuble qui se respecte nécessite 6 outils : un tournevis cruciforme, un tournevis plat, une clé de 12, ainsi qu’une pince multiprise pour être démonté, une visseuse, une clé de 12 et un marteau pour être remonté) et encore, toujours, beaucoup de patience.  
- Faire « rouler » l’objet, en le renversant cul par-dessus tête comme un culbuto. Réservé finalement au très petit nombre d’objets qui supportent ce traitement (meubles en formica), ainsi qu’aux courtes distances.


2) Prenez en compte le trajet à parcourir et les manœuvres à opérer. Gouverner bricoler, c’est prévoir. 
- Faudra-t-il lever la machine à laver (ces choses-là sont lourdement lestées de béton : la machine à laver est réellement le seul objet que ni une femme ni un homme ne peut porter seul) dans le camion loué pour l’occasion ? Le plus souvent, les magasins de meubles se chargent d’embarquer les produits lourds dans le véhicule du client. Pour les redescendre, une fois à destination, c’est plus délicat, il faut être deux et procéder avec circonspection. La circonspection peut aisément remplacer la force. Je vous jure. Et aussi quelques mètres de cordes. Apprenez à faire des nœuds tant que vous y êtes. 
- Faudra-t-il réaliser des virages aigus ? Franchir des escaliers ? La seconde manœuvre est la plus périlleuse, mais dans les deux cas : circonspection. Là aussi, être plusieures, ça va tout de suite mieux.


3) Rationalisez l’usage de vos forces. Ça y est vous avez le matériel, la chose lourde, vous avez repéré la traîtrise de l’angle de l’escalier, vous avez une copine à l’autre bout du matelas, vous vous lancez. 
Vous remarquez très rapidement qu’un matelas de 200 par 200, celui qui héberge les folies de votre corps, est plus lourd qu’un cheval mort. Vous n’allez pas pouvoir faire comme dans les films d’action extrêmes, où deux gars montent un escalier raide comme une crise de goutte avec le matelas en équilibre à bout de bras aussi facilement que s’il s’agissait d’un carton vide. Vous allez devoir confier le poids de cette chose monstrueusement lourde au sol, et vous contenter de la pousser, marche par marche. 
Mais vous y parviendrez ! Ce qu’il vous faudra, c’est du temps. Si vous avez 6 étages sans ascenseur à gravir, prévoyez un pique-nique au troisième palier.


N’hésitez pas à me donner vos trucs à vous, ils figureront en bonne place dans cette rubrique !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...