dimanche 22 septembre 2013

Lettre de Calamity Jane à sa fille



28 septembre 1877 
"Un autre jour est passé, Chérie - en fait, trois jours se sont écoulés depuis la dernière fois que je t'ai écrit. Je suis assise à côté de mon feu de camp. Mon cheval Satan est attaché tout près. Je peux entendre les coyotes et les loups et la plainte saccadée des chiens indiens près de leurs camps. Il y a des milliers de Sioux dans cette vallée, je n'ai pas peur d'eux. Ils pensent que je suis cinglée et ne me font jamais de mal. 
[...] 
"J'ai suivi une nouvelle piste aujourd'hui ; ce doit être la nouvelle route postale construite par les frayeurs de piste de Bozeman. J'espère les rattraper demain ; ils sont sur une mission dangereuse et cela ne me fera pas de mal que je sois à proximité, juste au cas où ils auraient besoin de quelq'un pour les aider à effaroucher les Sioux Je crois que je suis le seul être humain dont ils aient peur. Sur cette page, tu trouveras une photo de ta grand-mère Cannary, ma mère. Elle et ton grand-père sont venus à travers les plaines dans un chariot bâché quand je n'étais qu'une petite enfant. Nous avons vécu des années dans le Missouri. Ton papa Jim (le père adoptif de Janey) m'a envoyé un porte-plume et une bouteille d'encre, afin que je puisse lui écrire quelquefois. C'est un homme qui a du respect pour ta mère, même si les autres n'en ont pas. Ce porte-plume a été fabriqué en Irlande. Je le porte attaché à ma selle avec cet album et j'ai l'encre dans une poche, de façon à pouvoir t'écrire à côté de mon feu de camp." 
Calamity Jane, Lettres à sa fille, Editions Payot Rivages, 1997

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...