dimanche 4 août 2013

La Llorona


C’est l’histoire de la Femme Qui Pleure : la Llorona. Il en existe beaucoup de versions (parfois, l’homme est un conquérant, ou alors un riche entrepreneur, ou un hidalgo ou…), voici la mienne. A la suite, une question qui n’en est pas une car toutes les réponses sont valables.


LA LLORONA

«

La Llorona était la plus belle femme de ce pays. Elle était admirée et rêvée par tous les hommes, même par les enfants et les vieillards. Ce fut un paysan qui venait de loin qui eut ses faveurs, après des mois et des mois qu’il la courtisait. Cet homme était porté par la chance et il prospéra rapidement sur les collines les plus vertes, les plus grasses que vous n’ayez jamais foulées. Ses prés, son blé, ses vaches étaient inondées par l’incroyable fertilité de la grande rivière qui coulait à leur pied.


Mais cet homme aima plus la richesse que lui apportèrent la rivière que sa femme et les enfants qu’il lui fit et qui naquirent frappés d’anémie, de maladies et d’effroyables déformations.

La Llorona par Tavo MONTANEZ

Folle de douleur, elle jeta dans la grande rivière les trois enfants issus de cette union malheureuse. L’homme repartit faire fortune ailleurs, loin de la rivière maudite et la Llorona resta là, pleurant des litres de larmes, se laissant mourir de chagrin sur la rive boueuse. Parvenue devant le Seigneur, celui-ci pesa son âme, et lui dit qu’il ne pouvait lui donner le repos tant qu’elle n’avait pas retrouvé les âmes de ses enfants noyés.

Depuis, la Llorona traîne ses longs doigts, et ses cheveux comme des filets dans le courant furieux de la rivière. Et vous l’y verrez encore, à l’heure où la lune fait luire sa longue silhouette blanche dans sa robe d’épousée, toute en pleurs, cherchant ses enfants.


Qu’est-ce qui est mort ?
q L’homme
q Les enfants
q La Llorona
q La rivière

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Volu, je t'aime bien mais j'aimerais ajouter quelque chose à tout ça...