lundi 20 mai 2013

Discipline

J'ai une amie (qui est aussi une de mes thérapeutes) qui pense que les Humains sont des êtres à part des autres règnes (animaux, végétaux, minéraux), à cause du libre-arbitre. A cause de lui, le but de notre vie n’est pas de naître, procréer, mourir, comme les autres, mais de s’appliquer à être conforme. Nous serions des êtres dénaturés à qui est donné le devoir de se construire ; et à chaque pas, un piège.

Bref, un monde aussi rigolo que celui dans lequel on vit en vrai, qui n’a rien à envier aux mondes de Douleurs imaginés par les autres religions (judéo-chrétiennes, païennes ou laïques). Vous l’aurez compris, ma gourou est bouddhiste. Ce sont les seuls que j’arrive à supporter, mais c’est à l’extrême condition qu’ils n’essaient pas de me convaincre. Il y a UNE chose qu’ils répètent tous, qui m’énerve royalement : DISCIPLINE. Il s’agit de ne pas faire n’importe quoi.

Le Quoi est livré avec, à tous les coups.

Je ne suis pas bouddhiste et je ne trouve aucune religion fréquentable. J’anarchise dans mon coin en reliant des bouts de symboles, et bien même comme ça, j’obtiens des conclusions que n’importe qui d’autre pourrait obtenir !!

Je manque de discipline.

Donc une dose de discipline, une.


dimanche 5 mai 2013

Crêpes Kiwi-douceur

On a bien mangerbouger toute la semaine, pas trop gras, pas trop sucré, pas trop salé, c’est bien, mais aujourd’hui, on est dimanche. Pour se remettre du régime de la semaine, je vous propose la chose la plus douce, la plus légère, et en même temps, la plus nourrissante qui soit en ce bas monde…

Ce soir, il nous faut un goûter dinatoire et sa

CRÊPE KIWI-DOUCEUR.
(4 à 6 personnes)

Pour les crêpes - 15 minutes de préparation + 1 à 2 heures de repos
600 ml de lait
6 œufs
250 gr de farine
50 gr de beurre
2 c. à s. de sucre roux

(+ 1 louche d’eau pour délayer juste avant la cuisson)

+ tout ce que vous trouverez dans vos placards pour égayer le tout : pâtes à tartiner, sucre blanc/roux/complet/glace, sirop d’érable, caramel au beurre salé, confiture et ainsi de suite.

samedi 4 mai 2013

Et ta mère. - Lyonel Trouillot

Femme je suis
Et ta mère.
Je ne tiens pas rigueur à l’aube qui s’annonce pour moi
Comme une fin de route.
Car qui passe la main au lever du soleil laisse à ceux qui survivent
un jour pour eux tout seuls.

Au point du jour je te quitterai.
Je fus et ne serai plus.
Tu seras. Vous serez.

N’embaume pas mon corps.
Il me suffira que mes yeux morts donnent face à la mer.
Garde tes philtres pour la route.
Et souviens-toi qu’une femme libre est maîtresse de son parfum.

(Extrait du Doux Parfum des temps à venir, Lyonel Trouillot, Actes Sud)

jeudi 2 mai 2013

Physiologie sexuelle masculine


Réendossez votre costume (flagelle et acrosome) d’ Alfred657934381. Je vous rappelle que vous n’êtes pas né de la dernière pluie, mais presque. Vous pensez quand même que le grand soir, c’est aujourd’hui.

Autant la littérature scientifique est riche sur la description physiologique de la femme et pauvre sur ce qu’elle peut bien en faire, autant la mécanique masculine attire assez peu l’attention, tout en étant très explicite et prolixe sur un point essentiel dans tous les recoins de la galaxie littéraire : jouir, c’est bon.



Les zones érogènes de l’homme sont tout à fait semblables à celles de la femme, qui est toutefois souvent mieux disposée à toutes les exploiter… La verge est bien entendu, avec son gland, la première d’entre toutes, avec le scrotumL’anus, les tétons, et tout un tas d’endroits tout en peau suivent de près.
Il apparait que l’homme est davantage prompt, en revanche, à mener son plaisir jusqu’à l’orgasme, et ce de manière quasi systématique. La prostate est forcément sollicitée, vue sa position, et le terme "orgasme prostatique" relève du pléonasme étant donné son rôle important dans toute éjaculation. Votre muscle bulbo-caverneux semble être conçu et placé pour la masser tendrement...

Les rouages endocriniens qui mènent à l’érection (et la modèrent surtout) laissent sans voix. Où l’on comprend qu’en effet, ils n’y peuvent pas grand-chose.

Le sang afflue alors dans la verge pour remplir le corps caverneux (et, dans une moindre de mesure, le corps spongieux, qui entoure l’urètre) et dresser fièrement, tel un mat dans la tempête, la queue, qui devient par la même occasion très pratique (assez dure, assez souple, elle émet parfois sa propre lubrification) pour être introduite quelque part.


mercredi 1 mai 2013

Anatomie masculine


Nous allons parler, aujourd’hui, de testostérone. Au-delà, pour comprendre les hommes, il faudra se dire que se sont des humains comme les autres.



Voici à quoi ça ressemble, j’imagine ne pas vous en apprendre beaucoup pour le moment (notez l'ingénieux et instructif usage des pointillés).


Pour voir comment ça marche, empruntons le chemin que devrait prendre un spermatozoïde pour pouvoir accomplir son destin.