Articles

Affichage des articles du août, 2012

Respirer suffit

En ce moment, à l’heure de la branlette (14h-16h les bons jours), je me place sur le ventre, les deux mains passées par en dessous, la première sur le bouton de mise à feu et l’autre sur le périnée. J’ai arrêté de me branler étant couchée sur le dos parce que ça me donnait des crampes… Et puis comme ça, sur le ventre, mes bras serrent un peu mes ptits nichons et mes mains surélèvent mes fesses, c’est juste comme il faut. J’ai tendance à me branler directement par-dessus mes sous-vêtements, ça évite les glissades intempestivement dangereuses (je porte les ongles longs et acérés).

Je bande encore

Volu est de retour, vous êtes priés de vous attacher, les menottes sont dans l’armoire, là. Je n’ai toujours pas de connexion internet, mais mon besoin d’écrire et de m’ouvrir est devenu plus fort que Numéo. Il y a un cybercafé pas loin de mon stand de tir, en fait. Ce sera donc une fois par semaine, deux si je me lance dans le combiné .22. Le dernier message laissé sur ce blog témoigne de la longue détresse vécue ses dernières années et qui explique mon absence ici. J’ai fait des erreurs.

La Papesse

Image
Mon voyage en terres libertines se poursuit, et pour le moment, c’est un pur carnage.
J’ai trouvé the sexpartner, mon mari est jaloux comme un pou, j’écris du pron hard-patriarcat que presque personne ne veut lire et je prie Amphiaraos, qui, selon une vieille amie bien informée, aurait été récupéré par l’Église catholique sous le nom de Saint Expedit, patron des causes pressées. Mon couple débat de la domesticité de la femme, de la supériorité de la volonté sur les hormones, je casse plusieurs assiettes. Je ne suis pas une fille facile.
Quand je tire cette carte, juste après l’Etoile, à la question de ce que je dois faire de cette bien encombrante sexualité, je tire la tronche. Ça me fait encore plus mal de le dire trois ans après !

La Papesse

Tiens, une femme voilée.


Oui, bon, j’ai mes réflexes.